Le pour et le contre du contrat de sécurisation professionnelle

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle, en abrégé CSP, est un dispositif visant à favoriser le retour à l’emploi du salarié licencié pour motif économique. Du moment que le travailleur remplit les conditions nécessaires à l’octroi de l’Allocation Retour à l’Emploi (ARE), l’entreprise est tenue de le lui proposer.

Attention cependant… Avant d’apposer votre signature en bas de page, prenez le temps de lire ce qui suit. Il n’est pas sûr que le contrat de sécurisation professionnelle soit fait pour vous.

Quels sont les avantages du contrat de sécurisation professionnelle ?

Une assistance sur-mesure lors de la réinsertion

Lors d’un licenciement conventionnel, le salarié est livré à lui-même. De son cocon protecteur, il passe à une jungle féroce où personne n’est à ses côtés en cas de besoin. Dans le cadre d’un contrat de sécurisation professionnelle, la donne est toute autre.

Afin que vous puissiez trouver rapidement un autre poste, le CSP inclut systématiquement un entretien individuel de pré-bilan. Les textes y afférant sont clairs : tous les ex-salariés sous CSP reçoivent sous huit jours maximum une assistance personnalisée. Généralement dispensée par Pole Emploi, cette dernière peut aussi être le fait d’un organisme agréé.

Si vous avez toujours rêvé de vous reconvertir ou désirez de l’aide pour rebondir, c’est juste parfait.

Une perception immédiate de vos indemnités

Avez-vous déjà entendu parlé du différé d’indemnisation ? Entrée en vigueur le 1er novembre 2017, il s’agit d’un délai de sept jours nécessaires à Pole Emploi pour traiter votre dossier. À titre personnel, le différé d’indemnisation signifie que vous attendrez au moins une semaine avant de percevoir vos indemnités. À ce laps de temps, il faut encore ajouter les jours de congés payés n’ayant pas été utilisés à la fin du contrat.

Pour les salariés qui découvrent le différé d’indemnisation sur la page officielle de Pole Emploi, c’est souvent un choc. Au moment même où vos finances sont au plus bas, il faut encore attendre plusieurs jours avant de renflouer vos caisses…

Avec le contrat de sécurisation professionnelle, vous n’aurez pas à endurer ce calvaire. En effet, le législateur a supprimé la période de carence pour toutes personnes acceptant un CSP. Dès que vous arriverez au terme de votre contrat, aussi bien Pole Emploi que votre ex-employeur, commenceront à vous verser vos compensations.

Une allocation chômage supérieure à la moyenne

Pendant les 12 premiers mois de chômage, les salariés disposant d’au moins un an d’ancienneté percevront 75 % de leurs salaires bruts à titre d’allocations de sécurisation professionnelle. Une fois cette première année écoulée, le professionnel percevra l’indemnité de chômage, laquelle vaut 57 % du salaire brut.

Pour les personnes ayant opté pour un CSP, il est donc plus facile de maintenir le même niveau de vie en attendant de retrouver un poste stable.

Quels sont les inconvénients du contrat de sécurisation professionnelle ?

Il va sans dire que le contrat de sécurisation professionnelle s’accompagne d’un certain lot d’inconvénients. Tout d’abord, sachez que son acceptation s’accompagne immédiatement d’un retrait de l’indemnité de préavis.

Par ailleurs, dans le cas où le travailleur a déjà une proposition d’emploi, le CSP a peu d’intérêt. En effet, il est plus avantageux pour ce dernier de faire sans s’il est dispensé de préavis conventionnel.

Dernier inconvénient mais non des moindres : l’ancienneté du salarié. Malheureusement, les personnes en exercice depuis moins de 12 mois ne peuvent prétendre à une allocation de sécurisation complète. Au lieu de 75 %, il touchera immédiatement l’allocation chômage, soit 57 % de son ancien salaire brut.

Désormais, vous avez toutes les informations nécessaires pour prendre votre décision. Alors, contrat de sécurisation professionnelle ou pas ?